Les Granges

Eco Hameau

La singularité remarquable du site, ancienne carrière à ciel ouvert, nous conduit à revisiter l’immobilier classique, pour proposer une forme atypique qui se réfère à la nature plutôt qu’à l’architecture ; où se reconstitue le génie d’un lieu. Une métaphore de la montagne avec ses failles, ses plissements, ses strates, qui s’inspirent de nos massifs calcaires - Bauges, Chartreuse, Vercors ou même Dolomites - empruntant à ces reliefs leur vocabulaire : « bocchette », vires, sangles qui sont autant d’espaces végétalisés qui escaladent la construction, transforment l’édifice en une sorte de ziggurat. Les volumes sont resserrés en une cascade de quatre blocs de trois étages, successivement amincis et décalés dans l’épaisseur du bâtiment. Sur toute la longueur du bâtiment, ces volumes glissent et s’échelonnent successivement d’un segment à l’autre, scandés par les deux fentes verticales vitrées abritant les circulations verticales. Au sol, tels les éboulis au pied du Granier, ce rocher vert est accompagné par des terrasses, des restanques, des faysses ardéchoises. La partie supérieure, émerge de la pente sans dépasser l’horizon du plateau et regarde vers le grand paysage : les Bauges et le Revard, Belledonne, le Granier, la Chartreuse, le massif de l’Epine et la dent du Chat et enfin, last but not least, le lac du Bourget.

2017
La Motte Servolex (74)
Maitre d’ouvrage

Safilaf

Concours
Neuf
Programme

74 logements en accession libre

Montant des travaux HT NC
Surface de plancher 5242 m2
Référentiel QEB

RT 2012 -20% compatibilité B’EEAU LAC


Architectes

Macary Page mandataire


Paysagiste ADP Dubois paysage urbanisme
Economie IDE 2 PROJET
Structure BSI
Fluides CET
QE Canopée + Echologos acoustique
VRD NC
Crédits images

Lylo.Perreau + Agence Macary Page



La singularité remarquable du site, ancienne carrière à ciel ouvert, nous conduit à revisiter l’immobilier classique, pour proposer une forme atypique qui se réfère à la nature plutôt qu’à l’architecture ; où se reconstitue le génie d’un lieu. Une métaphore de la montagne avec ses failles, ses plissements, ses strates, qui s’inspirent de nos massifs calcaires - Bauges, Chartreuse, Vercors ou même Dolomites - empruntant à ces reliefs leur vocabulaire : « bocchette », vires, sangles qui sont autant d’espaces végétalisés qui escaladent la construction, transforment l’édifice en une sorte de ziggurat. Les volumes sont resserrés en une cascade de quatre blocs de trois étages, successivement amincis et décalés dans l’épaisseur du bâtiment. Sur toute la longueur du bâtiment, ces volumes glissent et s’échelonnent successivement d’un segment à l’autre, scandés par les deux fentes verticales vitrées abritant les circulations verticales. Au sol, tels les éboulis au pied du Granier, ce rocher vert est accompagné par des terrasses, des restanques, des faysses ardéchoises. La partie supérieure, émerge de la pente sans dépasser l’horizon du plateau et regarde vers le grand paysage : les Bauges et le Revard, Belledonne, le Granier, la Chartreuse, le massif de l’Epine et la dent du Chat et enfin, last but not least, le lac du Bourget.

< Précédent Suivant >